Connexion
Inscription

Pas encore de compte ?

* INSCRIVEZ-VOUS * rapidement pour bénéficier d'une aide personnalisée dans votre recherche de panne.

Techni sur facebook
J’aime TECHNIconnexion
Si vous aimez, alors partagez :
Revue technique ETAI

Revues techniques

Derniers sujets
Présentation Aujourd'hui à 01:29ced-46
Nouveau venuHier à 23:17ced-46
Contacter moiSam 22 Avr 2017, 12:24albatros
fermeture centraliseeVen 21 Avr 2017, 21:49fabrice65
Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Tech-admin
Tech-admin
Masculin Nombre de messages : 31052
Age : 33
Localisation : Bouloc
Emploi : Expert Auto
Niveau technique automobile : 5
Date d'inscription : 26/07/2006
Voir le profil de l'utilisateurhttps://www.techniconnexion.com

non [fiche pratique] Géométrie des trains roulants.

le Dim 13 Aoû 2006, 15:13
Présentation
Chaque type de véhicule possède des règles de géométrie à respecter lors d’une intervention ou d’un réglage.

Elles sont déterminées par le constructeur en fonction de critères très précis et permettent ainsi de satisfaire aux exigences de :

· Tenue de route

· Stabilité

· Précision de la direction

· Protection contre une usure anormale des pneumatiques




Donc, la géométrie des trains roulants est définie par des angles caractéristiques :

1. L’inclinaison des pivots

2. La chasse

3. Le carrossage

4. Le parallélisme




1/ L’inclinaison des pivots



L’angle d’inclinaison des pivots ip est l’angle compris entre l’axe de pivotement de la roue (axe passant par les pivots) et l’axe perpendiculaire à la chaussée (verticale).



L’inclinaison des pivots a pour rôles :



a) Faire coïncider le plus possible le prolongement de l’axe des pivots avec le centre de la surface d’appui du pneumatique au sol, ceci afin d’éviter des réactions de la direction en cas d’obstacle sur la route.

b) Favoriser le rappel des roues en position ligne droite après un virage.



2/ La chasse

La chasse ch est l’angle formé par l’axe d’inclinaison des pivots et la verticale, le véhicule étant vu de coté et non de face comme pour les autres angles.





Si le pivot supérieur est orienté vers l’arrière, le prolongement de l’axe va toucher le sol en avant du point de contact du pneu sur la chaussée, la chasse est dite « positive ».

Par contre, si l’axe est orienté vers l’arrière du point de contact au sol, elle est « négative » (mauvaise stabilité de direction).



Avec un véhicule de type propulsion, la chasse « positive » tend à redresser la direction.

Avec une traction, elle donnera une Autostabilité[1] du véhicule lors du freinage et une Hyperstabilité[2] de la direction à l’accélération (d’ou difficulté de braquage).

C’est pour cette raison, que sur les tractions la chasse est très faible.

Lors du braquage, les roues tournent autour de point de direction et non pas autour du point de contact au sol, ce qui crée un couple qui, dès l’effort sur le volant cesse, ramène les roues en ligne droite. C’est ce couple qui donne l’Autostabilité de la direction.



3/ Le carrossage

Le carrossage ca est défini roue par roue, aussi bien à l’avant qu’à l’arrière du véhicule.

C’est l’angle formé par l’axe d’inclinaison de la roue (donnée par la fusée ou le porte moyeu) par rapport à l’horizontale.



Cette inclinaison a plusieurs rôles :

a) Permettre au poids du véhicule de reposer aussi près que possible de la base de la fusée pour diminuer le porte à faux (déport)

b) Permettre de garder les roues perpendiculaires au sol sur route bombée

c) Aider l’inclinaison des pivots à faire coïncider l’axe des pivots et le point de contact du pneumatique au sol (diminution du déport qui provoque un couple nuisible)



Cependant, un angle de carrossage trop important entraîne une usure prématurée et irrégulière du pneu sur un coté.




Lors d’un contrôle, il est courant d’ajouter l’angle des pivots + 90° + l’angle de carrossage ce qui forme un angle que l’on nomme angle inclus. Cet angle est une caractéristique de construction du porte moyeu, si cet angle varie, on dénotera une déformation du porte moyeu entraînant obligatoirement son remplacement.





4/ Le parallélisme



On appelle « parallélisme » la différence d’écartement entre l’avant et l’arrière des roues d’un même essieu. Il est mesuré sur les rebords des jantes, à hauteur du centre des roues.

Le parallélisme compense les effets du carrossage qui, sur route plane, déforme le pneu en le faisant rouler sur un cône.

Pour compenser l’effet du carrossage qui tend à faire diverger[3] les roues et afin d’éviter le ripage des pneus au sol, il faut faire converger[4] les roues.

D’ailleurs, l’axe de prolongement des pivots ne correspond pas toujours avec le centre de la surface de contact du pneu au sol, il se trouve légèrement à l’intérieur par rapport au pneu.



Si les roues arrières sont poussées (propulsion) elles tendent à diverger.

Par contre, si les roues motrices sont à l’avant (traction), elles tendent à converger.

De plus, pour compenser le jeu de l’ensemble des pièces élastiques des organes de liaison aux roues, on fera converger les roues avant d’une propulsion par du « pincement » et diverger les roues avant d’une traction par de « l’ouverture ». Cependant, les nouvelles technologies tendent à faire varier ces données sur certains véhicule en raison de la conception des trains roulants et du couple moteur.

On mesure le parallélisme en millimètres ou en degrés. Pour la conversion, il est nécessaire d’utiliser un tableau et de connaître le diamètre de jante.



TABLEAU DE CONVERSION EN MILLIMETRES DES DONNEES EN DEGRES ET MINUTES






L’interaction des différents angles entre eux rend difficile l’interprétation de l’origine de l’anomalie. Les réglages des trains roulants sont de plus en plus précis et il est nécessaire d’utiliser un appareillage de contrôle électronique et bien entretenu.



Tableau représentant les principaux défauts en fonction des angles




Les jeux mécaniques dans les éléments de suspension ou de direction (voire même les deux réunis) peuvent entraîner des effets de « shimmy ». Le shimmy est l’entrée en vibration du train avant lorsque le véhicule atteint une certaine vitesse.

Comme toutes les vibrations, le shimmy est très vite destructeur pour les éléments de suspension et de direction et augmente rapidement les jeux.

La cause peut être simple comme un mauvais équilibrage des roues, ou plus complexe comme provenant de jeux mécaniques ou de dissymétrie des pivots…



5/ Le contrôle de la géométrie

S’il y a quelques années on utilisait la barre pour la mesure du parallélisme ou le contrôle des angles par niveau à bulle (le fil à plomb a même été utilisé), les moyens actuels sont gérés par électronique et la mesure se fait par infrarouge ou par ondes radio. Le principe reste le même et l’appréciation des valeurs se font toujours par rapport à la verticale et à l’horizontale.

Dans tous les cas, l’aire de contrôle doit être parfaitement plane que se soit à même le sol ou sur un pont élévateur.

1. Les contrôles préliminaires

· Pneumatiques : Vérifier que les dimensions, pression de gonflage et degrés d’usure sont identiques sur le même train.

· Suspension : Vérifier l’état des amortisseurs, la symétrie et le respect des hauteurs sous la coque aux endroits indiqués par le constructeur.

· Articulations : Vérifier l’état des paliers élastiques, l’état et le jeu des rotules, des biellettes et des roulements de roue .

· Voile des roues : Vérifier le voile des roues qui ne doit pas dépasser 1,2 mm. La compensation du voile se fait électroniquement avec l’appareil de contrôle.

· Méthode du constructeur : Vérifier sur le manuel de réparation la méthode préconisée par le constructeur, en effet de plus en plus de constructeurs donnent les valeurs de réglages sous certaines conditions :

exemples : répartition des charges (BMW, Alfa Roméo…) ou compression de la suspension (Peugeot, Citroën…) relevés des hauteurs sous caisse en ordre de marche (Renault…).



2. La hauteur de caisse

Elle influence les différents angles de la géométrie du train de façon assez importante. Si le véhicule a un fort kilométrage, le tassement de la suspension contribuera à l’affaissement de l’ensemble du véhicule, il aura donc une hauteur de caisse plus basse.


C’est pourquoi certains constructeurs donnent plusieurs valeurs de réglage en fonction de cette hauteur de caisse, d’autres indiquent de comprimer la suspension jusqu’à une hauteur donnée pour ajuster le réglage et d’autres de répartir les charges.

Dans tous les cas, il convient de respecter ces indications sans quoi les valeurs de réglage annoncées sont complètement erronées.



3. Le point milieu de direction

La mise au point milieu de la direction consiste à mettre les roues en position « ligne droite » pour ne pas relevés de valeurs erronées lors du contrôle (donc avec un angle de braquage de 0°).

Cependant, les roues en parfaite ligne droite n’indiquent pas forcément le point milieu de la direction.

En effet, il se peut que lors d’un réglage précédent le point milieu n’a pas été respecté.

Dans ce cas, il conviendra de mettre la direction au point milieu, de régler et de refaire la répartition du parallélisme et au besoin de dévisser le volant, de le remettre position ligne droite.

Pour mettre la direction au point milieu, soit vous utilisez la méthode constructeur (repère, pige, cale…), soit la méthode n’est pas précisée :

· Braquer le volant en butée d’un coté

· Faire un repère à la craie en haut du volant (midi)

· Braquer de l’autre coté jusqu’en butée en comptant le nombre de tours de volant

· Diviser par deux et mettre le volant dans cette position

· Faire un nouveau repère à midi en effaçant l’ancien

· Mettre en place le bloque volant



4. Le dévoilage des roues

Le dévoilage n’est pas possible autrement qu’en changeant les roues et malgré cela, les roues neuves ne serraient pas parfaites.

Le seul dévoilage possible est « mécanique » ou « électronique ». En effet, c’est l’appareil de contrôle et plus précisément les supports ou les capteurs qui seront corrigés. La correction se fait soit de manière :

· Mécanique : correction du voile par une mollette agissant sur le support du capteur

· Electronique : l’appareil tiendra compte de ce voile et corrigera automatiquement ses relevés.



5. Contrôle et réglage

La méthode de contrôle est indiquée dans le manuel d’utilisation de l’appareil. Il n’est pas possible de les indiquer toutes tellement de modèles d’appareils existent.

En règle générale, étant donné que les angles ont une influence entre eux, il est nécessaire de respecter cet ordre de contrôle :

· Vérifications préliminaires

· Tassement de la suspension

· Angle de chasse

· Angle de pivot

· Angle de carrossage

· Calage de direction

· Parallélisme

Les valeurs et points de réglages sont indiqués dans le manuel du constructeur ou dans la revue technique.

De plus en plus de véhicules ont un seul réglage possible : le parallélisme.

Les autres angles se contrôlent et permettent de diagnostiquer un défaut éventuel ou la déformation du porte moyeu, d’un longeron…

Les appareils « quatre têtes » permettent le contrôles simultanément de l’ensemble du véhicule. Cependant, un « deux têtes » peut aussi effectuer le contrôle de la géométrie d’un train arrière, il suffit pour cela de monter l’appareil sur les roues arrières après alignement parfait des roues avants.





[1] autostabilité : qualité de ce qui est capable de se stabiliser seul et automatiquement

[2] Hyperstabilité : qualité de ce qui est en équilibre stable et qui dure dans le temps

[3] diverger : les points de contact au sol tendent à s’éloigner l’un de l’autre

[4] converger : les points de contact au sol tendent à s’approcher l’un de l’autre



source : cybermecanique.


Dernière édition par le Mer 08 Aoû 2007, 14:31, édité 1 fois

___________________________________________
Merci de lire >>> la charte <<< et de nous tenir au courant de l'évolution de votre problème.
TECHNIconnexion : www.techniconnexion.com
Les problèmes résolus et les fiches pratiques (tuto)
Téléchargement revue technique
Devis entretien gratuit
Nouveau
Nouveau
Nombre de messages : 4
Age : 36
Date d'inscription : 23/08/2006
Voir le profil de l'utilisateur

non Re: [fiche pratique] Géométrie des trains roulants.

le Mer 23 Aoû 2006, 21:45
Bonjour, cette fiche est interessante et je n'avais pas de tableau de conversion degres / mm par contre, sais tu comment mesurer le parallèlisme en utilisant des moyens "maisons", car je sais que cela ce fait je connais un peu le principe mais pa dans le détail.
Merci d'avance
Nouveau
Nouveau
Nombre de messages : 4
Age : 36
Date d'inscription : 23/08/2006
Voir le profil de l'utilisateur

non Re: [fiche pratique] Géométrie des trains roulants.

le Mar 29 Aoû 2006, 22:10
Pas de réponse ?
a+
avatar
Tech-admin
Tech-admin
Masculin Nombre de messages : 31052
Age : 33
Localisation : Bouloc
Emploi : Expert Auto
Niveau technique automobile : 5
Date d'inscription : 26/07/2006
Voir le profil de l'utilisateurhttps://www.techniconnexion.com

non Re: [fiche pratique] Géométrie des trains roulants.

le Mer 30 Aoû 2006, 00:42
Bonsoir, on peut le faire à l'aide d'une ficelle mais c'est pas évident si les PC sont bas...

Sinon il faut se procurer des "règles" : celà comprend une aiguille qui se fixe sur le pneu et une tige qui sert à mesurer.

___________________________________________
Merci de lire >>> la charte <<< et de nous tenir au courant de l'évolution de votre problème.
TECHNIconnexion : www.techniconnexion.com
Les problèmes résolus et les fiches pratiques (tuto)
Téléchargement revue technique
Devis entretien gratuit
avatar
Tech-modo
Tech-modo
Masculin Nombre de messages : 13591
Age : 78
Localisation : La Rochelle
Emploi : Retraité du "Réseau Bmw"
Niveau technique automobile : 5: Ex. Resp Sav-Bmw.
Date d'inscription : 01/09/2007
Voir le profil de l'utilisateur

non Géométrie des trains Roulants avant et arrière

le Mar 12 Fév 2008, 13:51
Salut Ced !!

Sujet trés { instructif que "beaucoup de nos amis membres devraient regardaient ; car malheureusement" beaucoup ont des idées reçues.

Qui ne sont pas bonnes".En particulier[ Bmw à propulsion que je connais trés bien] ; ou bien souvent par ce que une Bmw ,tire à Gauche
ou à Droite et la vois dans les (Garages ou Marchands de pneumatiques ,on s'acharne sur le Train Avant et en fait le problème ).

Viens du train arrière ( qui est réglable même sur les plus anciennes avec "des silentblocs excentrés sur les bras !!!
C'est un peu comme quand ont "parles" équilibrage roues avant , les roues arrière pas souvent, c'est que les vibrations ne sont
pas à la même vitesse et la ( on les ressent dans le "siège conducteur) !!
,

amicalement. JCB
avatar
Tech-modo
Tech-modo
Masculin Nombre de messages : 13591
Age : 78
Localisation : La Rochelle
Emploi : Retraité du "Réseau Bmw"
Niveau technique automobile : 5: Ex. Resp Sav-Bmw.
Date d'inscription : 01/09/2007
Voir le profil de l'utilisateur

non Re: [fiche pratique] Géométrie des trains roulants.

le Jeu 08 Avr 2010, 14:02
@keewooh a écrit:Pas de réponse ?
a+

Salut

Oui nos grand pères "faisait ça à la ficelle" mais c'était une autre époque!!

Maintenant ce sont des caméras qui font ce travail en degrés et cent:ème
de millimètre !

La technique à terriblement évoluée.

@+

___________________________________________

Essayez de répondre aux questions posées ,soyez précis dans vos descriptions !    study  



https://www.techniconnexion.com/forum



 
 htt
avatar
Tech-modo
Tech-modo
Masculin Nombre de messages : 13591
Age : 78
Localisation : La Rochelle
Emploi : Retraité du "Réseau Bmw"
Niveau technique automobile : 5: Ex. Resp Sav-Bmw.
Date d'inscription : 01/09/2007
Voir le profil de l'utilisateur

non Re: [fiche pratique] Géométrie des trains roulants.

le Sam 10 Avr 2010, 14:57
@ced-46 a écrit:Présentation
Chaque type de véhicule possède des règles de géométrie à respecter lors d’une intervention ou d’un réglage.

Elles sont déterminées par le constructeur en fonction de critères très précis et permettent ainsi de satisfaire aux exigences de :

· Tenue de route

· Stabilité

· Précision de la direction

· Protection contre une usure anormale des pneumatiques




Donc, la géométrie des trains roulants est définie par des angles caractéristiques :

1. L’inclinaison des pivots

2. La chasse

3. Le carrossage

4. Le parallélisme




1/ L’inclinaison des pivots



L’angle d’inclinaison des pivots ip est l’angle compris entre l’axe de pivotement de la roue (axe passant par les pivots) et l’axe perpendiculaire à la chaussée (verticale).



L’inclinaison des pivots a pour rôles :



a) Faire coïncider le plus possible le prolongement de l’axe des pivots avec le centre de la surface d’appui du pneumatique au sol, ceci afin d’éviter des réactions de la direction en cas d’obstacle sur la route.

b) Favoriser le rappel des roues en position ligne droite après un virage.



2/ La chasse

La chasse ch est l’angle formé par l’axe d’inclinaison des pivots et la verticale, le véhicule étant vu de coté et non de face comme pour les autres angles.





Si le pivot supérieur est orienté vers l’arrière, le prolongement de l’axe va toucher le sol en avant du point de contact du pneu sur la chaussée, la chasse est dite « positive ».

Par contre, si l’axe est orienté vers l’arrière du point de contact au sol, elle est « négative » (mauvaise stabilité de direction).



Avec un véhicule de type propulsion, la chasse « positive » tend à redresser la direction.

Avec une traction, elle donnera une Autostabilité[1] du véhicule lors du freinage et une Hyperstabilité[2] de la direction à l’accélération (d’ou difficulté de braquage).

C’est pour cette raison, que sur les tractions la chasse est très faible.

Lors du braquage, les roues tournent autour de point de direction et non pas autour du point de contact au sol, ce qui crée un couple qui, dès l’effort sur le volant cesse, ramène les roues en ligne droite. C’est ce couple qui donne l’Autostabilité de la direction.



3/ Le carrossage

Le carrossage ca est défini roue par roue, aussi bien à l’avant qu’à l’arrière du véhicule.

C’est l’angle formé par l’axe d’inclinaison de la roue (donnée par la fusée ou le porte moyeu) par rapport à l’horizontale.



Cette inclinaison a plusieurs rôles :

a) Permettre au poids du véhicule de reposer aussi près que possible de la base de la fusée pour diminuer le porte à faux (déport)

b) Permettre de garder les roues perpendiculaires au sol sur route bombée

c) Aider l’inclinaison des pivots à faire coïncider l’axe des pivots et le point de contact du pneumatique au sol (diminution du déport qui provoque un couple nuisible)



Cependant, un angle de carrossage trop important entraîne une usure prématurée et irrégulière du pneu sur un coté.




Lors d’un contrôle, il est courant d’ajouter l’angle des pivots + 90° + l’angle de carrossage ce qui forme un angle que l’on nomme angle inclus. Cet angle est une caractéristique de construction du porte moyeu, si cet angle varie, on dénotera une déformation du porte moyeu entraînant obligatoirement son remplacement.





4/ Le parallélisme



On appelle « parallélisme » la différence d’écartement entre l’avant et l’arrière des roues d’un même essieu. Il est mesuré sur les rebords des jantes, à hauteur du centre des roues.

Le parallélisme compense les effets du carrossage qui, sur route plane, déforme le pneu en le faisant rouler sur un cône.

Pour compenser l’effet du carrossage qui tend à faire diverger[3] les roues et afin d’éviter le ripage des pneus au sol, il faut faire converger[4] les roues.

D’ailleurs, l’axe de prolongement des pivots ne correspond pas toujours avec le centre de la surface de contact du pneu au sol, il se trouve légèrement à l’intérieur par rapport au pneu.



Si les roues arrières sont poussées (propulsion) elles tendent à diverger.

Par contre, si les roues motrices sont à l’avant (traction), elles tendent à converger.

De plus, pour compenser le jeu de l’ensemble des pièces élastiques des organes de liaison aux roues, on fera converger les roues avant d’une propulsion par du « pincement » et diverger les roues avant d’une traction par de « l’ouverture ». Cependant, les nouvelles technologies tendent à faire varier ces données sur certains véhicule en raison de la conception des trains roulants et du couple moteur.

On mesure le parallélisme en millimètres ou en degrés. Pour la conversion, il est nécessaire d’utiliser un tableau et de connaître le diamètre de jante.



TABLEAU DE CONVERSION EN MILLIMETRES DES DONNEES EN DEGRES ET MINUTES






L’interaction des différents angles entre eux rend difficile l’interprétation de l’origine de l’anomalie. Les réglages des trains roulants sont de plus en plus précis et il est nécessaire d’utiliser un appareillage de contrôle électronique et bien entretenu.



Tableau représentant les principaux défauts en fonction des angles




Les jeux mécaniques dans les éléments de suspension ou de direction (voire même les deux réunis) peuvent entraîner des effets de « shimmy ». Le shimmy est l’entrée en vibration du train avant lorsque le véhicule atteint une certaine vitesse.

Comme toutes les vibrations, le shimmy est très vite destructeur pour les éléments de suspension et de direction et augmente rapidement les jeux.

La cause peut être simple comme un mauvais équilibrage des roues, ou plus complexe comme provenant de jeux mécaniques ou de dissymétrie des pivots…



5/ Le contrôle de la géométrie

S’il y a quelques années on utilisait la barre pour la mesure du parallélisme ou le contrôle des angles par niveau à bulle (le fil à plomb a même été utilisé), les moyens actuels sont gérés par électronique et la mesure se fait par infrarouge ou par ondes radio. Le principe reste le même et l’appréciation des valeurs se font toujours par rapport à la verticale et à l’horizontale.

Dans tous les cas, l’aire de contrôle doit être parfaitement plane que se soit à même le sol ou sur un pont élévateur.

1. Les contrôles préliminaires

· Pneumatiques : Vérifier que les dimensions, pression de gonflage et degrés d’usure sont identiques sur le même train.

· Suspension : Vérifier l’état des amortisseurs, la symétrie et le respect des hauteurs sous la coque aux endroits indiqués par le constructeur.

· Articulations : Vérifier l’état des paliers élastiques, l’état et le jeu des rotules, des biellettes et des roulements de roue .

· Voile des roues : Vérifier le voile des roues qui ne doit pas dépasser 1,2 mm. La compensation du voile se fait électroniquement avec l’appareil de contrôle.

· Méthode du constructeur : Vérifier sur le manuel de réparation la méthode préconisée par le constructeur, en effet de plus en plus de constructeurs donnent les valeurs de réglages sous certaines conditions :

exemples : répartition des charges (BMW, Alfa Roméo…) ou compression de la suspension (Peugeot, Citroën…) relevés des hauteurs sous caisse en ordre de marche (Renault…).



2. La hauteur de caisse

Elle influence les différents angles de la géométrie du train de façon assez importante. Si le véhicule a un fort kilométrage, le tassement de la suspension contribuera à l’affaissement de l’ensemble du véhicule, il aura donc une hauteur de caisse plus basse.


C’est pourquoi certains constructeurs donnent plusieurs valeurs de réglage en fonction de cette hauteur de caisse, d’autres indiquent de comprimer la suspension jusqu’à une hauteur donnée pour ajuster le réglage et d’autres de répartir les charges.

Dans tous les cas, il convient de respecter ces indications sans quoi les valeurs de réglage annoncées sont complètement erronées.



3. Le point milieu de direction

La mise au point milieu de la direction consiste à mettre les roues en position « ligne droite » pour ne pas relevés de valeurs erronées lors du contrôle (donc avec un angle de braquage de 0°).

Cependant, les roues en parfaite ligne droite n’indiquent pas forcément le point milieu de la direction.

En effet, il se peut que lors d’un réglage précédent le point milieu n’a pas été respecté.

Dans ce cas, il conviendra de mettre la direction au point milieu, de régler et de refaire la répartition du parallélisme et au besoin de dévisser le volant, de le remettre position ligne droite.

Pour mettre la direction au point milieu, soit vous utilisez la méthode constructeur (repère, pige, cale…), soit la méthode n’est pas précisée :

· Braquer le volant en butée d’un coté

· Faire un repère à la craie en haut du volant (midi)

· Braquer de l’autre coté jusqu’en butée en comptant le nombre de tours de volant

· Diviser par deux et mettre le volant dans cette position

· Faire un nouveau repère à midi en effaçant l’ancien

· Mettre en place le bloque volant



4. Le dévoilage des roues

Le dévoilage n’est pas possible autrement qu’en changeant les roues et malgré cela, les roues neuves ne serraient pas parfaites.

Le seul dévoilage possible est « mécanique » ou « électronique ». En effet, c’est l’appareil de contrôle et plus précisément les supports ou les capteurs qui seront corrigés. La correction se fait soit de manière :

· Mécanique : correction du voile par une mollette agissant sur le support du capteur

· Electronique : l’appareil tiendra compte de ce voile et corrigera automatiquement ses relevés.



5. Contrôle et réglage

La méthode de contrôle est indiquée dans le manuel d’utilisation de l’appareil. Il n’est pas possible de les indiquer toutes tellement de modèles d’appareils existent.

En règle générale, étant donné que les angles ont une influence entre eux, il est nécessaire de respecter cet ordre de contrôle :

· Vérifications préliminaires

· Tassement de la suspension

· Angle de chasse

· Angle de pivot

· Angle de carrossage

· Calage de direction

· Parallélisme

Les valeurs et points de réglages sont indiqués dans le manuel du constructeur ou dans la revue technique.

De plus en plus de véhicules ont un seul réglage possible : le parallélisme.

Les autres angles se contrôlent et permettent de diagnostiquer un défaut éventuel ou la déformation du porte moyeu, d’un longeron…

Les appareils « quatre têtes » permettent le contrôles simultanément de l’ensemble du véhicule. Cependant, un « deux têtes » peut aussi effectuer le contrôle de la géométrie d’un train arrière, il suffit pour cela de monter l’appareil sur les roues arrières après alignement parfait des roues avants.





[1] autostabilité : qualité de ce qui est capable de se stabiliser seul et automatiquement

[2] Hyperstabilité : qualité de ce qui est en équilibre stable et qui dure dans le temps

[3] diverger : les points de contact au sol tendent à s’éloigner l’un de l’autre

[4] converger : les points de contact au sol tendent à s’approcher l’un de l’autre



source : cybermecanique.

Super Eplication

___________________________________________

Essayez de répondre aux questions posées ,soyez précis dans vos descriptions !    study  



https://www.techniconnexion.com/forum



 
 htt
Nouveau
Nouveau
Masculin Nombre de messages : 2
Age : 49
Localisation : Amiens
Emploi : Transporteur
Niveau technique automobile : Débutant confirmé
Date d'inscription : 03/12/2012
Voir le profil de l'utilisateur

non Re: [fiche pratique] Géométrie des trains roulants.

le Mar 04 Déc 2012, 19:40
Explication claire, mais de mon coté aucune image donc pas de tableaux dommage !!!
avatar
Tech-modo
Tech-modo
Masculin Nombre de messages : 13591
Age : 78
Localisation : La Rochelle
Emploi : Retraité du "Réseau Bmw"
Niveau technique automobile : 5: Ex. Resp Sav-Bmw.
Date d'inscription : 01/09/2007
Voir le profil de l'utilisateur

non Re: [fiche pratique] Géométrie des trains roulants.

le Mar 04 Déc 2012, 20:13
@Balthazar8062 a écrit:Explication claire, mais de mon coté aucune image donc pas de tableaux dommage !!!

Salut !

J'ai moi aussi fait un Tuto avec des images vas voir :ICI


Voila bonne lecture

___________________________________________

Essayez de répondre aux questions posées ,soyez précis dans vos descriptions !    study  



https://www.techniconnexion.com/forum



 
 htt
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum